Charlevoix: le nouveau royaume de l’agneau! par Marie-Michèle McDuff


Après une longue bataille qui aura duré un peu plus de 10 ans, les producteurs d’agneaux de Charlevoix peuvent enfin crier victoire!

Le 21 mars dernier, le ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec a reconnu, par avis juridique publié dans la Gazette officielle du Québec, « Agneau de Charlevoix » comme étant une appellation réservée permettant de faire un lien entre un produit et son terroir (« l’indication géographique protégée (IGP) ». C’est donc à partir de cette date que le Conseil des Appellations réservées et des termes valorisants (CARTV) a l’importante responsabilité d’en surveiller l’utilisation.

Une indication géographique protégée permet d’établir un lien entre un certain produit et une région donnée. Elle sert à déterminer l’origine du produit qui est associé à une certaine qualité, réputation ou autre caractéristique et dont la production ou la transformation ou même l’élaboration est localisée dans l’aire géographique déterminée. Par conséquent, en protégeant un produit contre toute usurpation d’identité, les indications géographiques protégées incitent davantage les régions à favoriser leur développement agro-économique.

À ce jour, il n’y a que six (6) producteurs d’agneaux de Charlevoix qui se conforment au cahier des charges de cette IGP. En dehors de Charlevoix, seulement deux (2) points de vente sont établis, soit un à Québec et l’autre à Montréal. Mais quelles sont les particularités de ce fameux «Agneau de Charlevoix»?  Il est, comme son nom l’indique, un agneau né et élevé dans la région de Charlevoix. Cet agneau, qui est caractérisé par sa petite taille peu grasse, est le fruit des conditions de production adaptées à cette région. La commercialisation de la viande de l’agneau de Charlevoix se fait de (2) deux façons: en carcasse non congelée ou en morceaux de viande conditionnés, frais ou congelés. Il est essentiel que l’agneau naisse et que toutes les étapes d’élevage et de production se fassent dans la zone protégée correspondant à l’une des treize (13) municipalités de la région de Charlevoix. De plus, l’agneau doit être nourri par sa mère pour atteindre un poids se situant entre 15 et 20 kg. L’alimentation de l’agneau doit comporter des grains et du fourrage de qualité cultivés dans la région, mais qui ne contiennent cependant pas de maïs.

Doivent dorénavant être certifiés selon le cahier des charges IGP «Agneau de Charlevoix» tous les produits couverts par le décret de réservation de l’appellation réservée «Agneau de Charlevoix». Par conséquent, une certification est nécessaire avant de les mettre en vente sous cette appellation réservée. Cette certification peut être obtenue par toute personne physique ou morale qui effectue les opérations de meunerie, d’élevage ou encore de transformation, découpage et conditionnement. Les transformateurs détaillants (boucheries) sont également concernés. C’est par l’entremise d’un organisme de certification accrédité par le CARTV que la certification doit se faire, et ce, quel que soit le marché visé.

Par ailleurs, il est important de mentionner que le CARTV avait adopté, afin de laisser le temps aux entreprises de se conformer et s’adapter à cette nouvelle réalité, une politique de continuité commerciale. Cette politique avait pour but de permettre durant une courte période de temps, la vente sous la dénomination «Agneaux de Charlevoix» de produits ne respectant pas encore les conditions de cette appellation. Cette période de transition commerciale a pris fin le 15 juillet 2009.

Il est important de ne pas confondre une appellation réservée et une marque de commerce traditionnelle. L’appellation réservée identifie le produit en fonction de son origine et de sa qualité particulière. De plus, elle s’adresse principalement à des produits qualifiés comme étant de très grande qualité. L’utilisation d’une appellation réservée sans droit, sans nécessairement constituer une violation de marque de commerce, peut entraîner des pénalités : la prudence est de mise pour les producteurs.

Bref, voilà donc une bonne nouvelle pour la région de Charlevoix. Cette appellation viendra enfin protéger la distinctivité et les plaisirs gourmands de cette magnifique région.

 
Envoyer à un(e) collègue | Imprimer  | Nouvelle précédente  | Nouvelle suivante

 
 
  S'abonner | Se désabonner |  Communiquer avec nous  | Avis juridique |  Webmestre
   © CIPS, 2017. Tous droits réservés.
 
   
Activités de nos membres
Portail Client ROBIC
Archives
S'abonner
 
Pour visualiser notre brochure électronique, cliquez ici